L’AGENDA DU TANGO

EN SUISSE ROMANDE ET ALENTOUR

“Chaque jour, il faut danser, fût-ce seulement par la pensée. Ce n’est pas parce qu’on est heureux qu’on danse, c’est parce qu’on danse qu’on est heureux.”

Nahman de Braslav

Ce jeudi 17.09.20 marque, dans le canton de Vaud, un durcissement dans l’application de mesures sanitaires destinées à limiter, sinon à enrayer la progression du taux d’infections au SARS-CoV-2 (COVID-19).

La situation du tango est ambiguë autant que la ligne de conduite des organisateurs difficile à définir. Quant aux choix personnels de chacun, ils oscillent entre le rationnel et l’émotionnel, relèvent souvent d’éléments contradictoires nourris par les médias et autres réseaux sociaux ou par des chiffres et des statistiques qui peuvent prêter à moult interprétations.

agendatango.ch ne souhaite pas interrompre l’accès à l’information en lien avec les évènements organisés dans le contexte du tango en Suisse romande et alentour ; un tel “black out” ne serait pas productif ou utile.

Il est toutefois important de considérer ce qui suit:

– Les normes sanitaires en vigueur dans le canton ou la commune où un évènement est annoncé, prévalent systématiquement et par défaut, même si elles ne sont pas explicitées dans sa publication.

– La qualité et le “public cible” auquel un évènement est destiné (particulièrement son aspect éventuellement “privé”) ne saurait être mis en question par sa publication, qui de fait, reste publique.

– Les milongas tombent (sauf erreur) dans la catégorie des “Manifestations ou fêtes privées (…) avec des personnes connues de l’organisateur”.

Dans ce cas les mesures suivantes sont désormais applicables :

> Port du masque obligatoire au-delà de 50 personnes, y compris personnel de service.
> Manifestation limitée à 100 personnes max.
> Obligation de disposer d’une liste d’identification des participants

ou dans la catégorie des “Manifestations publiques (càd ouvertes au public) de moins de 300 personnes”.

Dans ce deuxième cas les mesures suivantes sont toujours applicables :

> Autorisation de compétence communale requise.
> Élaboration d’un plan de protection selon les prescriptions fédérales.
> Respect des distances ou à défaut port du masque obligatoire.
> Si ces mesures ne sont pas possibles récolte de données.
> Mise à disposition de SHA (solution hydro alcoolique).
> Respect des recommandations de l’OFSP.

Source : Tableau de synthèse des mesures du 14 septembre

Plus généralement, deux “doctrines” s’affrontent ; elles semblent assurément être les deux faces d’une même pièce :

  • L’immunité de groupe par contamination progressive allant au-delà de 60 % de la population.
  • Des mesures sanitaires tendant à limiter la propagation de la pathologie, de manière à en atténuer les incidences extrêmes et incontrôlées.

Toutefois et dans tous les cas, ces recommandations restent pertinentes sinon désormais obligatoires :

  • Hygiène rigoureuse et régulière des mains.
  • Port d’un masque de protection recommandé / obligatoire (dans les lieux où la distance de sécurité ne peut être maintenue – selon le nombre de personnes, les autorisations ponctuelles en cours et le contexte).
  • Traçabilité des contacts.
  • Abstinence de présence en cas de doutes sur votre état sanitaire.

LIENS PERTINENTS

Tango in the time of COVID (réflexions de Ross Stanley, danseur de tango, à Lausanne)

COVID-19 Coronavirus Pandemic (situation mondiale de la pandémie, par pays et selon divers critères de classement)

Informations COVID-19 Suisse (situation statistique très complète de l’évolution des cas en Suisse).

Le tango peut être sûr. Grâce à vous. Avec vous.

LE TANGO POURQUOI ?

Beaucoup de gens viennent au tango seuls, souvent après un événement majeur de leur existence: rupture sentimentale, changement de lieu de résidence, début de vie professionnelle, départ des enfants du domicile parental.

Les motivations peuvent être diverses: la curiosité, une envie de longue date, parfois un désir de rencontre, la socialisation, l’envie de danser, de faire bouger son corps, de découvrir de nouvelles sensations.

Et nombreux restent, à cause de la musique tango ou parce qu’ils aiment la structure particulière de cette danse, ses joies et ses défis de l’improvisation, ses paradoxes apparents, son intensité.

Les couples s’y engagent également, à la recherche d’une activité partagée, d’horizons nouveaux ou renouvelés dans leur expérience “à deux”.

Une autre bonne raison – ou conséquence – qui n’est pas des moindres, à sa pratique: le tango possède des vertus préventives et palliatives reconnues dans le traitement de maladies neurodégénératives. Le tango est bon pour la santé !