Coronavirus – Covid-19 : les "Jardins de notre tango".

 

Cette fois-ci, ça y est. L'état d'apnée forcée à laquelle certains pensaient encore pouvoir échapper, nous a désormais tous immergés dans ses flots implacables de contrainte et d'incertitude. On ne se côtoie plus en réunion publique, on adopte des comportements sécuritaires précis et vitaux. On évite de sortir.

On ne danse plus. On n'enseigne plus…

Les processus académique, évènementiel et économique sont stoppés net, sans que l'on ne sache vraiment pour combien de temps. Les Jardins de notre tango ne sont plus arrosés, irrigués. Pour nous, danseurs, étudiants, victimes consentantes de cette "addiction positive", l'arrêt est moralement dur.

Mais pour les enseignants et organisateurs de prestations liées au tango, cela représente une perte sèche qui peut s'avérer être très lourde, voire insurmontable. Pour eux, indépendants, actifs dans le domaine de l'art, des loisirs et du spectacle, pas d'assurance chômage, pas ou prou de fonds de solidarité ou d'assurance couvrant… l'impensable.

A moins que…

A moins que, chacun de nous, ne continue à prendre soin de ces Jardins du tango que nous aimons tant, où nous avons fait nos premiers pas, découvert nos sensations de connexion, où nous avons vibré de maîtriser ce dialogue fou et raisonnable qu'est le tango, avançant d'un pas de plus dans ce merveilleux univers que nous font découvrir, périodique et inlassablement, nos enseignants, nos maéstros, nos amis.

Dès samedi 21 mars, milongas.ch (Céline Mahler) et agendatango.ch (Serge Maillard) mettent à disposition de la communauté des enseignants et des organisateurs évènementiels, une page dédiée sur leur site, comportant les coordonnées financières des prestataires de tango de notre région.

Les danseurs disposent ainsi des indications nécessaires pour adresser un soutien financier à leur(s) enseignant(s) habituel(s) ou préféré(s). Idéalement ce soutien correspond à ce que chaque étudiant / pratiquant aurait investi durant un mois si le COVID-19 n'avait pas tout stoppé net (cours hebdo, stages, practicas, milongas, etc.). Cela reste, vous l'avez compris, entièrement privé.

Prenez soin des Jardins de notre tango; ils n'en seront que plus beaux, le virus enfin vaincu ! Merci !

Les prestataires du tango en Suisse romande reçoivent mardi 17 mars au soir un e-mail leur demandant d'indiquer leurs coordonnées financières; celles-ci seront publiées samedi 21 mars.

Renens, le 17.03.20

Coronavirus – Covid-19 : La pratique du tango contrevient à l'ordonnance fédérale 2 COVID-19 du 13.03.20

Coronavirus – Covid-19 : l’heure du choix.

 

Débat d’idées ?

Questions de conscience ?

Gestion de crise ?

Maîtrise de situation exceptionnelle ?

Responsabilités personnelle, collective ?

Libertés de choix, d’expression ?

 

Autant d’éléments que l’épidémie de Coronavirus - Covid-19 met en première ligne de nos quotidiens, constituant l’incontournable de nos perspectives immédiates et futures.

 

Pouvons-nous encore risquer d’être une partie du problème ?

Ou voudrions-nous plutôt essayer d’y apporter une alternative "éthique" ?

En d’autres termes, comment peut-on raisonnablement agir pour favoriser la circonscription de l’épidémie ?

 

La décision que nous prenons aujourd’hui est la conséquence amère mais inévitable d’une situation exceptionnelle, où tous les composants de la dynamique du tango ont été évalués selon les perceptions, les perspectives et les sensibilités présumées de chacun: organisateurs, enseignants, Maéstros, danseurs, entourages personnels et familiaux…

 

Céline Mahler pour milongas.ch et Serge Maillard pour agendatango.ch cessent, après consultations et mûre réflexion, de mettre en ligne les calendriers de tango (en Suisse romande et alentour)*. L’interruption de ces publications prend effet le jeudi 12 mars 2020 à midi pour une durée indéterminée car... indéterminable en l’état.

 

Nous ne manquerons pas, selon notre vocation première d’information à la collectivité tanguera et de promotion du tango, de vous fournir tous les éléments d’informels utiles en lien avec l’évolution de cette épidémie .

 

Certains que vous comprendrez notre démarche, nos restons à votre disposition, par le biais de canaux de communication usuels, pour toute demande ou question en lien avec la situation que nous traversons.

 

Merci de votre confiance et de votre fidélité.

 

Que vívan el tango, las tangueras y los tangueros !

 

*) A l’exception des évènements n’impliquant pas de réunions physiques de personnes (via Skype, vidéo conférences, musicalisations à distance, etc.).

Renens, le 12.03.20

Coronavirus – Covid-19: prendre le "bon parti" ?

 
Nous voici soudainement et durablement (semble-t-il) sous la menace d'un virus d'une virulence sans égale, d'autant plus inquiétant que ses symptômes de contamination peuvent mettre plusieurs jours à se manifester, sans toutefois que sa transmissibilité n'en soit amoindrie.
 
Ainsi, nous devons revoir nos habitudes et laisser là quelques-unes de nos certitudes, de nos assurances, de nos insouciances parfois aussi. Car la situation évolue de jour en jour. De minute en minute.
 
La communauté du tango, du fait de la nature et de l'essence mêmes de ses activités sociales, se retrouve en première ligne de cette onde de choc; choc d'autant plus brutal que la pratique de cette danse relève (souvent) de l'addiction positive.
 
Cela est frustrant, assurément. Nous voilà à devoir nous résigner à changer nos habitudes, à modifier nos projets, comme tend à le démontrer le nombre croissant des annulations d'évènements, comme nous y incitent les messages et mises en gardes officielles. Cela ne durera – nous l'espérons, que quelques semaines ou quelques mois, puis la normalité reprendra progressivement son cours.
 
Rien ne vaut, bien sûr, la richesse et l'émotion des abrázos partagés en milongas ou en prácticas, l'enrichissement acquis durant les cours réguliers ou les stages et séminaires ponctuels, le plaisir des retrouvailles au son de nos tangos, valses et milongas préférés ou découverts.
 
Rien sauf notre santé et celle des danseurs que nous aimons à retrouver au gré de nos sorties.
 
Ce billet n'est pas un rappel à l'ordre, une incitation au confinement volontaire ou, au contraire, un message prônant l'insouciance débridée; tout au plus une proposition de réflexion sur l'attitude à adopter en ces temps particuliers. Comme suggéré sur le site www.agendatango.ch il s'agit surtout d'agir avec responsabilité et respect d'autrui.
 
Et si nous mettions à profit la contrainte du moment pour aborder le tango autrement ? Lire, écouter sa musique, chercher des traductions de textes, revisiter l'histoire de tel compositeur, orchestre ou chanteur, regarder des vidéos de formation en ligne (cela ne vaut pas les cours "in vivo", mais c'est mieux que rien), danser chez nous en couple, en petit comité – pour ceux qui ne parlent pas ou peu l'espagnol (langue principale du tango), s'attaquer à son apprentissage ou à son perfectionnement…
 
Si nous ne "sortons" plus, trouverons-nous peut-être ainsi le temps moins long, ce qui ne nous empêchera pas d'apprécier de retrouver, le jour venu, la cordialité et la chaleur des milongas abandonnées un temps.
 

Nous le savons tous très bien: le tango ne meurt jamais.
 

Deux publications intéressantes

Covid-19, and an argumented call to stop
all milongas globally by Alex Apetei

 

El tango en Buenos Aires es el lugar perfecto
para propagar este virus... de Sasha Cagen

 

Renens, le 10.03.20

Coronavirus - Covid-19

 

Chaque jour, le sujet est abordé dans les médias, les réseaux sociaux, les discussions et autres entretiens, faisant grandir les questionnements et monter la tension chez nombre d'entre nous.

Face à une situation inédite et comportant nombre d'inconnues, le principe de précaution a engendré certaines décisions des pouvoirs publics (Confédération, cantons et parfois communes) en termes de limitation de rassemblements lors de manifestations publiques (150 / 500 / 1000 personnes).

 

Dans le cadre de ces limitations et en fonction des sensibilités et du ressenti (physique et moral) de chacun, le choix de participer ou non à un évènement public demeure - et doit être - une décision personnelle et responsable. Ainsi toute personne se sentant dans un état grippal ou ayant le moindre doute sur son état de santé évitera - comme pour toute autre pathologie contagieuse - les contacts avec autrui, par prudence et respect vis-à-vis des autres.

 

Agissez avec responsabilité et respect.

 

Infos

https://www.ch.ch/fr/coronavirus/

 

https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/

aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/massnahmen-des-bundes.html

Renens, le 07.03.20

agenda du tango, milonga, tango,

agenda, suisse romande